Jernej Graj ©Unsplash, summer body, été, fesses, sable

Jernej Graj ©Unsplash

Summer is coming

Ça y’est, l’hiver est (enfin) derrière nous, l’été arrive à grands pas ! Bon, à part quelques malentendus avec la météo qui fait n’importe quoi (merci le réchauffement climatique), on est en pleine saison des fleurs qui explosent, des jambes qui se dévoilent et des rayons de soleil qui viennent illuminer ta pinte de bière en terrasse. Les jours se rallongent et le temps commence à s’emballer, on se retrouve déjà au mois de mai sans même  qu’on s’en rende compte.

Mais est-ce vraiment les jours qui défilent ou ces peaux qui se montrent qui nous font prendre conscience que les jours ensoleillés arrivent ?

Non, c’est de voir que le cours de fitness du lundi après-midi à 17h30 était absolument bondé ET constitué à 99% de femmes.

Ces chevilles  qui se dénudent ne sont que le préambule à toute cette exhibition de corps sur les plages estivales où les premières injonctions oppressantes  du “SUMMER BODY” se font déjà ressentir. Adieu les poils, bonjour la peau lisse ; adieu les supposés kilos en trop, hello “corps parfait” et désirable. 

“Summer body”, “beach body”, “bikini body” ;  tous ces mots anglais vendent bien plus de rêve que notre “corps d’été” françaisé,  mais ils ont tous le même objectif : faire culpabiliser d’avoir pris 5kg durant l’hiver à force de rester sous ton plaid et de manger des raclettes. Sans réussir à atteindre ce graal qu’est le “summer body”, il n’y aura aucun moyen qu’on se sent bien en maillot, allongé·e sur le sable blanc à profiter du soleil. Voilà ce que la société essaie de faire croire : si on ne répond pas aux diktats de la beauté, personne ne voudra de nous et encore moins nous-même. Se détester devient le meilleur moyen pour vendre tout et n’importe quoi, mais surtout des “produits miracles” qui nous doteraient de fesses aussi rebondies que celles de Niki Minaj.

Donc, l’été arrive et on ne peut absolument pas garder ce “winter body” pour aller parader au bord de l’eau turquoise dans ton maillot de bain préféré. D’ici là il faut que la peau soit lissée, débarrassée de toute infime trace de cellulite, les cuisses ne doivent plus se toucher, le ventre doit être plat et ferme,  les fesses rondes mais musclées, les seins gros mais pas trop. Chaque once de gras hivernal doit être éliminée avant ce défilé estival. Il va falloir bouger, courir, squatter, arrêter de manger des burgers deux fois par semaine, monter les escaliers sur la pointe des pieds pour muscler ses fesses ; tout ça  pour ne serait-ce qu’effleurer l’idéal de ce corps inaccessible. 

Ces premiers rayons de soleils s’accompagnent de réductions pour les salles de sport, de présentoirs chez ton·ta gentil·le libraire remplis de livres vendant tous de meilleurs régimes que ceux que l’on a déjà essayé de nous vendre l’année dernière, et tout ça dans le seul but de faire comprendre que ton “summer body”, tu vas devoir t’y atteler MAINTENANT si tu veux pouvoir concourir dans la catégorie “alléchante”. 

Summer is coming. Et alors ? Laissez nos petites bouées bedonnantes nous sauver de la noyade. 

Emma Nbl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *